Petite histoire de la danse

La musique et la danse jouent depuis toujours un rôle important dans la vie de l'homme. Par contre leurs significations ont changé. Chez les peuples préhistoriques, la musique était au service des rituels et des cultes. De nos jours, la danse est avant tout un magnifique moyen d'expression humaine. Elle est une partie culturelle vraiment importante dans l'évolution de l'homme. C'est la plus naturelle des activités humaines. Ses avantages sont multiples, la danse rend heureux et détend, le corps est stimulé d'une manière ludique et agréable et l'âme influencée de façon positive. Elle améliore la souplesse et favorise l'habileté et la condition physique. Dans un certain sens, elle entraîne la mémoire. Elle enseigne le respect d'autrui et la collaboration. Qui danse, entraîne ses muscles, stimule son système cardio-vasculaire et améliore sa coordination.

Pour ce qui nous concerne, la danse de salon c'est également: une activité qui encourage à se tenir droit, quel que soit l'âge, un exercice tonique pour le corps, qui donne un grand sentiment de bien-être et un passe-temps ludique que l'on peut pratiquer en couple ou entre amis. La danse de compétition étant l'aboutissement pour toute personne ayant la passion de la danse et de l'entraînement et l'envie de se mesurer aux autres.
Pour cela plusieurs disciplines existent.

LES DANSES STANDARD

En 1924 "l'impérial society of teachers of dancing" (ISTD) prit l'initiative de standardiser les danses. Une équipe de l'ISTD, le comité de danse sportive, dont les membres étaient tous d'excellents danseurs à leur époque, s'est chargée de cette lourde tâche. Toutes les danses connues à cette période ont été standardisées, à la seule exception de la valse viennoise car cette danse n'était pas très populaire en Angleterre à ce moment-là, la valse anglaise étant elle, vraiment la plus populaire de toutes. La valse viennoise sera rajoutée plus tard.

Valse anglaise

La valse anglaise fut développée pendant les années vingt sur la base du boston, elle était appelée "english walz" à cause de son origine. La valse anglaise se caractérisait par des mouvements cherchant à avancer, c'était une "dance of passing feet" dans le style du boston ou du slow fox. Par la suite, en raison d’un degré de tour plus important, on commença à assembler les pieds à la fin d'une mesure. Puisque les tours complets se révélaient difficiles, la danse reçut sa structure diagonale donnée par le fait que chaque tour à droit ou à gauche ne comptait que 3/4 de tour. En 1927, l'Impérial Society accepta cette nouvelle forme, chorégraphiée par des maîtres de danse anglais. Grâce à ses mouvements balançant et rythmés (swing) et à sa musique douce, souvent romantique, la valse anglaise est considérée comme la danse standard la plus harmonieuse.

Tango

A l'origine une danse créole de l'Argentine. Le premier témoignage d'un tango dans sa signification de "fête des noirs" date de 1808 à Montevideo, introduit probablement par des matelots cubains. Les autorités l'interdirent parce que les noirs faisaient trop de bruits et parce que le tango les distrayait de leur travail. A partir du tango afro-cubain des noirs, se développa la habanera des blancs qui était identique au tango au niveau musical et rythmique. Dès 1880, cette danse fut connue également à Buenos Aires. Ses premiers pratiquants furent les habitants des banlieues (arrabales) et des quartiers (barios) du port. En 1910 le tango arriva en Europe et fascina en premier Paris. Il fut dansé dans les milieux hispano argentins, avant de devenir une danse de salon reconnue. Dès 1912, la fièvre du tango conquit toute l'Europe. Lors des conférences anglaises de 1920 et 1921, le tango sud-américain fut réformé par les anglais. Puis lors de la great conférence en 1929, le tango fut standardisé définitivement dans sa forme actuelle. En compétition de danse sportive, le tango change de style, c'est une danse progressive comme la valse. La tenue du tango dit "européen", ou "tango style", est très différente de celle du tango dit "argentin" au niveau du corps, des bras et des jambes. Le tango argentin est social, improvisé et "senti", alors que le "tango style" européen est réglé et codifié pour permettre la compétition.

Valse viennoise

La valse a gagné ses lettres de noblesse dans les années 1780 à Vienne. Certains supposent qu'elle a pour origine des danses populaire autrichiennes. Elle se serait développée en opposition aux danses de cour telles que le menuet qui était très formel et sous l'influence de la cour française de Versailles. Il y avait donc une grosse différence entre la valse dansée en couple et ces danses de cour rigides. Si mélodiquement, il est probable qu'elle soit une transformation de l’allemande du XVIIIe siècle, elle-même dérivée du ländler, rythmiquement, ce qui caractérise le plus la valse, c'est son accompagnement basé sur un premier temps fort et deux temps plus faibles. La valse fut la première danse dite "libre" c'est à dire non chorégraphiée par un maître de ballet. Elle a été longtemps considérée comme inconvenante du fait de se retrouver en "couple fermé", c'est à dire l'homme face à la femme et non pas à côté comme dans les danses "bienséantes", telles que la gavotte ou le menuet. A compter de 1840, les danses de salon se sont nettement séparées des danses de ballet. Les professeurs de danse ont notamment commencé à les enseigner séparément et la profession de maître de danse de salon est apparue. Grâce à Paul Krebs, maître de danse de Nürnberg, un lien fut établi en 1951 entre l'ancienne tradition autrichienne et le style anglais et la valse viennoise fut admise alors en tant que danse standard.

Fox-trot, slow fox et quick step

Le fox-trot : Les origines du fox-trot remontent à l'ancien one-step, il était une sorte de marche sans chassé. Il se dansait en 2/4, en avant, en arrière ou de côté, sans tours, toujours sur les plantes. Le one-step conquit en premier l'Angleterre sa popularité égala celle du tango qui restait plus en vogue en France. Vers 1912, le ragtime se propagea en Angleterre, ce fut la première forme de musique de danse moderne. Plus tard, les musiques de one-step furent jouées sur un tempo plus lent, par conséquent, les pas de danse furent également plus lents. Ceci permit de danser un pas de changement, le chassé. Ainsi fut créé le fox-trot, une danse avec des changements entre des pas lents ou vites à volonté, en avant ou en arrière, et des chassés. Dans les années 20, des maîtres de danse anglais créèrent le style anglais sur cette base. L'attaque talon, ainsi qu'une nouvelle technique du corps, permettaient d'avoir beaucoup plus d'élan. Vers 1922, la forme actuelle du fox-trot fut définie. A la même époque, les orchestres aimaient varier les tempos, en conséquence une seule et unique danse ne suffisait pas. Il y eut d'une part le slow fox-trot et, d'autre part, le quick fox-trot (qui devint plus tard le quickstep).
Le slow fox : Devint un classique parmi les danses de "style anglais". Il consiste en pas progressifs, glissants, et en figures linéaires. Ce sont les professeurs et danseurs anglais qui allaient, au fil du temps, enrichir cette danse et lui donner finalement sa structure actuelle. Les pas les plus importants du slow fox sont "les 3 pas", le "chassé" et surtout "la plume" qui caractérise certainement le plus cette danse. Ce dernier pas ne fit toutefois son apparition qu'au championnat du monde de danses de salon de 1922 à Londres. Pour danser parfaitement le slow fox, il est indispensable de donner à son interprétation une allure toujours mouvante, très fluide, sans temps d'arrêt, en évoluant beaucoup. Le slow fox est une danse de compétition parmi les standards, la plus difficile selon les connaisseurs.
Le quickstep naquit en 1927; au début, il était appelé “quicktime fox-trot and charleston” et contenait également le chassé. Il peut être considéré comme la plus joyeuse et dynamique des danses de salon. Après la deuxième guerre mondiale, il connut un changement de style considérable et fut enrichi de petits pas sautés accentuant le rythme.

LES DANSES LATINOAMERICAINES

Elles sont pratiquées en Europe depuis le début du 20em siècle, mais leurs origines datent de bien avant, quand les styles de musique espagnols, portugais et africains furent mixés en amérique. Vu les origines des danses samba, chachacha, rumba, paso doble et jive, les seules étant codifiées pour la compétition, il faut être critique envers le terme général "danses latines". Les vraies danses latines sont la samba, la rumba ainsi que le mambo, rendu populaire grâce au cinéma (Dirty Dancing). Le chachacha, dérivé du mambo, est compté parmi les vraies latines, mais dans un sens plus large. Le paso doble tire ses racines d'Espagne et le jive, dans sa forme actuelle, a été produit par des maîtres de danse anglais qui désiraient rendre acceptables par la société des danses telles que le boogie woogie, le jitterbug et le rock'n'roll, issus de mouvements africains. En fait, on pourrait désigner le jive plutôt comme une danse nord-américaine.

Samba

L'origine du mot samba est un nom collectif désignant différentes danses que les esclaves africains importèrent dans leur nouvelle patrie, le brésil, au 19ème siècle. Le nom est dérivé du mot africain "semba" (désignation pour le mouvement typique des hanches en langue bantu d'Angola, mouvement du ventre et du bassin en portugais du brésil). L’élément principal des fêtes cultes des peuples bantu était l'extase, la danse extatique. C'est seulement à partir de la deuxième guerre mondiale que la samba fit partie intégrante du répertoire de chaque orchestre de danse. Vers 1948/49, elle atteignit une grande popularité dans sa forme simplifiée (samba à deux pas). Avec un énorme succès, les écoles de danses intégrèrent la samba dans leur programme. La samba avait conquis les pistes de danses. La musique vive et rapide invite à la danse. Aujourd'hui, la samba domine la vie musicale du brésil. Le célèbre carnaval de Rio produit chaque année un grand nombre de belles musiques de samba. Suite à l'intégration de la samba dans le programme de compétition de danses latines dès 1959, la samba "populaire" devint une samba "sportive".

Chachacha

La danse chachacha est considérée comme une création artificielle, une variante "déformée" née de la rumba et du mambo. Son invention est attribuée au musicien cubain Enrique Jorrim au palladium de Broadway à New York. En 1953, en constatant que le mambo était trop rapide pour s'imposer, il joua le mambo-chachacha, une version plus lente. Le mot ChaChaCha vient de la part rythmique de la musique qui est nettement "prononcée" par les musiciens et que les danseurs interprètent en 3 petits pas. Le mouvement de base vient du merengue, les pas se dansent sur les battements 2-3-4-et-1. Partant de cuba, la musique et la danse conquirent d'abord l'Amérique du nord où le chachacha devint en 1954 la danse moderne numéro 1. L'Europe étant alors très ouverte à toutes les musiques latino-américaines ainsi qu'à toutes les nouvelles danses. Grâce à son rythme net et à sa richesse en figures variées et enjouées, le chachacha connut très vite un énorme succès. En 1961, il fut intégré comme 4ème danse au programme de compétition latine.

Rumba

Rumba cubaine : En raison du commerce des esclaves africains, leur musique et leurs religions furent intégrées à la culture cubaine. Trois éléments très typiques de la culture africaine étaient et sont toujours: les tambours, le chant et la danse. Tous les trois se pratiquent tant dans un contexte religieux que profane. De nos jours encore, ces trois éléments marquent la rumba cubaine. Le mot rumba signifie à Cuba "fête", "événement". Là où des gens se rencontrent, une rumba peut se former à tout moment.
Rumba internationale : Un groupe de musiciens cubains introduisit la rumba à New York puis elle parvint en Europe en 1930. "The peanut vendor" fut le premier tube de rumba connu dans le monde entier. Les anglais créèrent les premières chorégraphies de rumba (pas de base en carré). En 1932, elle fut dansée pour la première fois en compétition. Mais la rumba populaire n'arrivait pas à s'imposer puisque la plupart des danseurs ne savaient pas comment la danser. Souvent, ils la dansaient sur un pas de fox-trot en bougeant les hanches. C’est seulement en 1945 que les français et les anglais s'intéressèrent à la technique de la rumba. Le professeur de danse français Pierre, domicilié en Angleterre, développa le "cuban-style" sur la base du mambo. Celui-ci fit alors concurrence à la "square-rumba", la rumba-bolero lente, développée par Lucien Davide de France. Cette "guerre des rumba" s’arrêta lorsque le "cuban-style" finit par l’emporter, car presque tous les couples de compétiteurs le pratiquaient, et celui-ci fut accepté en 1964 comme base pour la compétition.

Paso doble

A l'origine, le paso doble est une danse espagnole sur des musiques de marche espagnoles même si, en Espagne, on ne le voit jamais dansé sur les pistes de danse, mais uniquement sur scène dans une version chorégraphiée. Déjà dans les années 20, il était connu en tant que pantomime de la corrida. sa forme actuelle fut créée en france. Ce furent des artistes qui le pratiquèrent en premier, avant qu'il soit découvert comme danse de show et, par la suite, comme danse de compétition. Le paso doble représente une corrida, le danseur imitant le torero, la dame la cape rouge (la capa du torero) et non le taureau, comme souvent supposé. Cette danse comprend un large éventail de figures, du mouvement de marche simple en position fermée, jusqu'à des variantes imitant les mouvements que le torero exécute avec la capa. Le danseur et la danseuse dansent donc autour d'un taureau imaginaire, avec des éléments de flamenco et des figures stylisées imitant le combat dans l'arène. La base est toujours le "paso doble" (pas double) avec accent sur la pose du talon ou de la plante du pied et des pas marchés très rythmiques. Depuis 1959, le paso doble fait partie du programme de compétition de danses latines.

Jive

Le mot jive signifie en argot des noirs: "excitation sexuelle, extase". Aujourd'hui, il est la désignation internationale d'une danse qui a de nombreux et différents précurseurs, parents entre eux, d'origine afro-américaine. Il s'agit du lindy hop, blues et swing au début des années 30, du boogie ou boogie-woogie, du jitterbug et du be-bop des années 40 ainsi que du rock'n'roll des années 50. Toutes ces danses se caractérisent par la musique entraînante qui fascinait et fascine toujours jeunes et moins jeunes grâce à leur accentuation rythmique. Vers 1940, les soldats américains amenèrent ces danses des usa en Europe où elles surent très vite conquérir la jeunesse grâce à leurs mouvements ouverts enrichis par des portés acrobatiques. Après la guerre, le boogie fut la musique dominante mais cette danse n'avait pas que des amis puisque certains la considéraient comme "étrangère". Ces critiques cherchèrent alors une forme modérée pour rendre cette danse acceptable. Ce furent les maîtres de danse anglais qui développèrent le jive, plus élégant mais néanmoins très vif, dansé sur une musique un peu plus lente. Il fut intégré en 1968 au programme de compétition comme cinquième danse latine.

Disco Fox

Une nouvelle vague déferle dans les discos, elle a pour nom "disco fox". Aujourd'hui, danser seul sur de la techno ou de la space, c'est ringard, la nouvelle tendance est de s'éclater à deux. Cette nouvelle danse trouve son origine dans un mélange de rock, de danses latines et surtout d'improvisation. Elle permet, comme aucune autre, de conjuguer l'expression à l'imagination. Le disco fox ne repose sur aucune base pré-établie et les programmes sont le fruit de l'inventivité des professeurs et des élèves dont la créativité dépasse parfois celle de leurs enseignants. L'harmonie de cette danse permet à tout un chacun d'exprimer son grain de folie dans la limite du raisonnable. Elle est réservée à toutes les personnes qui veulent retrouver le plaisir de la danse en couple sur des rythmes actuels. Son pas de base et les figures, sans être trop compliqués, sont à la portée de tous. Après quelques leçons déjà, un étonnant résultat vous permet de vous distinguer en discothèque.

Salsa

Nom apparu dans les années 70, fruit d'un métissage de cultures et de musiques. Ses aînés : le Son, tout d'abord courant musical latino-américain apparu après l'indépendance de Cuba à la fin du XIXe siècle, puis danse de couple en 1930, le boléro, la rumba, le mambo et même le tango. De ce concentré de cultures sont nées plusieurs façons de danser la salsa. 3 styles se distinguent principalement:
  • Le style Casino, appelé aussi salsa cubaine. A forte composante afro, c'est une salsa très dynamique, où la danseuse se déplace constamment autour du danseur. Le style du danseur est épuré, c'est une danse de rue populaire et sociale. Une particularité de ce style est la Rueda.
  • Le style new-yorkais ou salsa portoricaine. On la danse en ligne. Cette danse se caractérise par sa technicité et sa douceur, elle est riche et élaborée (nombreux jeux de pieds et de jambes, shines). Elle peut se danser sur le premier temps de la musique ou sur le second (la clave).
  • Le style colombien contient peu de passes, il met l'accent sur l'esthétisme et le style des danseurs.

TANGO ARGENTIN

Genèse du tango dansé: Le tango est né à la fin du XIXème siècle en Argentine. Il est issu du choc des cultures entre les immigrants européens venus avec leurs danses de salon et les immigrants de l'intérieur, noirs libérés de l' exclavage et gauchos sans travail réfugiés dans la banlieue de Buenos-Aires. Danses de blancs, danses de noirs, habaneras, s'influencent et s'imitent mutuellement. Parmi elles, il y a la milonga, qui participe grandement à la naissance du tango. Ce sont les compadritos de la ville qui ont inventé le tango dansé pour se moquer de la manière de danser des noirs et c'est dans les bordels et les bars du port que l'on danse le plus le tango, au son d'orchestre où la guitare et la flûte dominèrent avant que ne s'imposent le bandonéon et le piano. A cette époque d'immigration massive, faute de femmes on danse souvent entre hommes. Le tango dansé à cette époque a un aspect provocant et insolent qu'il perdra au fur et à mesure de son ascension sociale. On nomme souvent ce style originel du tango dansé, "tango canyengue", révélant ainsi les origines nègres du tango. En 1910, le tango arriva en Europe amené par les jeunes bourgeois "Porteños" lors de leur voyage initiatique et fascina en premier Paris. Très vite, le tango va être adopté par la capitale française, il y acquerra ainsi ses lettres de noblesse. Et c'est grâce à cette aura européenne que le tango en retournant ainsi sur ses terres natales se diffusera dans la bonne société argentine et uruguayenne.
Danse d'improvisation, il n'existe pas de pas ou séquence conventionnelle qu'il faudrait reproduire, ou apprendre par cœur, Le tango est avant tout une marche que l'on combine avec des éléments tels les ochos, la cruzada, la parada, le voleo etc. L'expression est donnée par le style de la musique : tango rythmé de l'âge d'or, tango romantique des 60's, éléctrotango d'aujourd'hui, sans oublier la vals criolla et la Milonga.